l'offense

Publié le par frigioman

OFFENCE

 

Je t'ai tendu la main amie et fraternelle ;

Tu l’as prise, serrée — honni soit l'infidèle !

— Tu m'as trahi, blessé, lâchement bafoué,

voilà quel est le crime à toi seul avoué.

 

La colère m'agite, en moi le sang bouillonne!

 Je maudis à jamais ton amitié bouffonne !

— Pourtant cette rancœur s'estompe lentement;

Le calme revenu dissipe le tourment.

 

 

J'ai compris qu'il est vain de jeter l'anathème;

Le fourbe trop commun ne vaut pas un blasphème!

— En dépit du chagrin né de cet abandon

je veux pour être fort accorder le pardon.

 

Josette Frigiotti

 

Extrait de Appel 1956

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article